top of page

DEPART DEMAIN DIMANCHE DE LA SECONDE ÉTAPE ENTRE HORTA (AÇORES) - LA ROCHELLE (CHARENTE-MARITIME)

La flotte de la seconde édition du Défi Atlantique Guadeloupe - Horta - La Rochelle est au complet dans le joli port d’Horta, sur l’île de Faial aux Açores, avec l’arrivée hier soir du Class40 Nestenn - Entrepreneurs pour la planète, le voilier de Jules Bonnier contraint à l’abandon dès le départ en Guadeloupe, mais désormais bel et bien prêt à en découdre tout au long des 1 300 milles vers La Rochelle. Le peu d’écart, 5 heures et 37 minutes qui sépare les trois leaders au classement général provisoire laisse augurer d’un second acte encore plus palpitant que le premier, et les conditions météos attendues devraient exacerber les rivalités entre prétendants au succès de l’étape et du classement général final. La flotte des 13 Class40 s’élancera en effet demain dimanche, à 15 heures Françaises (13 heures locales) juste derrière un front en circulation vers l’Est, dans un flux d’ Ouest modéré appelé à rapidement se renforcer. Les choix de route sont multiples : plein Est et au plus court vers les rivages Espagnols ou cap au Nord Nord-Est pour une longue route en bordure de la mer d’Irlande. Chers marins, faites vos jeux !


Une étape ouverte, et un podium final très disputé

Nouvelle donne pour l’ensemble de la flotte des 13 Class40 du Défi Atlantique. L’étape Horta - La Rochelle, en ce printemps météorologiquement actif, s’annonce musclée et compliquée en diable. Un cadre riche de nombreux scénarios, dans lequel les trois leaders de l’étape Guadeloupéenne, vont trouver matière à s’exprimer et à s’expliquer pour le gain de la victoire finale. Ian Lipinski (Crédit Mutuel), a réalisé le coup stratégique de la course, en trouvant seul la sortie de l’anticyclone pour distancer les deux redoutables Class40 Italiens, Alla Grande Pirelli d’Ambrogio Beccaria, et IBSA d’Alberto Bona. Son delta d’une heure et 56 minutes sur son poursuivant immédiat, et 5 heure 37 sur le troisième IBSA, ne lui laisse cependant guère de marge de manoeuvres. Il faudra jouer tous les coups à fond pour contrer les deux équipages Azzuri, dont les performances sur la première étape ont étonné tous les observateurs.



Une seconde étape pour les revanchards

Si le trio de tête a réussi, avec l’installation derrière leur arrivée de zones de calmes, à creuser les écarts, les voiliers ainsi piégés ne repartiront demain que plus motivés encore pour montrer leur savoir-faire et perturber l’ordre préétabli. Axel Tréhin et son Project Rescue Ocean, ainsi que les anglais Brian Thompson et Alister Richardson sur Tquila sont de ceux-là. Loin du podium général, avec 18 et 24 heures de retard, ils ont les armes pour animer la route retour vers La Rochelle. Everial et Erwan Le Draoulec s’inscrivent eux aussi dans cette envie de bien figurer en Charente-Maritime.


Retour en course de Jules Bonnier - Nestenn - Entrepreneurs pour la planète

S’il est un équipage qui, malgré la fatigue, piaffe d’en découdre, c’est bien celui de Jules Bonnier, contraint d’abandonner la première étape suite à la rupture d’un barreau de barre de flèche. Jules et ses équipiers, Robin Follin et Thibaud Lecarpentier ont fait des miracles, non seulement pour réparer à Pointe-à-Pitre, mais aussi et surtout pour rallier Horta à temps pour prendre le départ de la seconde étape : « On a tout fait sur un seul bord tribord amure » s’amuse Jules, « Au point que notre safran tribord relevé n’a quasiment pas touché l’eau. » Au final, c’est en un peu plus de 8 jours que Nestenn - Entrepreneurs pour la planète à couvert les 2 300 milles du parcours vers les Açores, soit plus rapide que le vainqueur de l’édition 2019, Aymeric Chappelier sur Aïna Enfance et avenir, qui avait mis 9 jours et 15 heures pour couvrir la distance.


Deux femmes rejoignent la course

Le règlement de la course autorise les skippers à embarquer jusqu’à 3 équipiers. Certains ont ainsi choisi de partir en double, d’autres à quatre. Il est aussi possible de changer d’équipier à l’occasion de cette étape à Horta. Ce sera le cas à bord de Dopamine Sailing Team. Son skipper en titre Florian Gueguen, qui avait dû laisser sa place à Raphael Auffret pour cause de naissance de son premier enfant, retrouve la barre du bateau. Deux femmes rejoignent la course. Agnès Menut retrouve son compagnon dans la vie Mathieu Claveau à bord de Prendre la Mer, agir pour la Forêt, et Florence Prades embarque à bord de Chocolat Pariès - SCREB. Olivier Delrieu, Vicitan, laisse sa place à son fils Virgile. Pierrick Letouzé se substitue à Thibaud Lecarpentier sur Nestenn - Entrepreneurs pour la planète. Enfin, Marc Lepesqueux muscle son équipage de Curium Life Forward. Marc Polliand remplace Renaud Dehareng et François Jambou arrive en troisième homme.


Denis Hugues : « Complexe et tordu ! »

Tels sont les mots de Denis Hugues, Directeur de course du Défi Atlantique, et grand habitué du secteur qu’emprunteront demain les concurrents pour rallier La Rochelle (ndr, Denis préside aux destinées de nombre d’épreuves en Mini et Class40 qui fréquentent cette route Açorienne). « 8 à 12 noeuds d’un flux de secteur Ouest devrait favoriser un départ dans d’excellentes conditions. Les modèles météos divergent ensuite radicalement quant à l’analyse de l’évolution des masses d’air vers le Golfe de Gascogne. Si tous s’accordent à voir passer un front au-dessus de l’archipel des Açores au moment du départ demain 15 heures Françaises, ces fichiers d’analyses affichent un profond désaccord quant à la suite des événements entre l’établissement de zones de vents faibles à proximité du Cap Finisterre, ou au contraire, un renforcement du vent de Sud-Ouest dans le Golfe de Gascogne. Au final, un important delta dans les prévisions d’arrivée, certains fichiers et routages voyant la tête de la flotte en terminer à Rochelle au terme d’un peu plus de 4 jours de navigation, l’autre prévoyant un final au terme de plus de 6 jours de course. Les concurrents vont donc sacrément devoir s’employer derrière leurs écrans, pour définir leur choix de route selon des fichiers en désaccord. La course devrait, et tout état de cause, se jouer majoritairement aux allures travers au vent, avec peu de près et quelques bords de portant. »





Lien classement & cartographie : www.defi-atlantique.com


Classement de la première étape Guadeloupe / Horta :

1. Crédit Mutuel - Ian Lipinski – 10 j 0 h 11 mn 36 s

2- Allagrande Pirelli - Ambrogio Beccaria -10 j 02 h 7 mn 47 s

3. Ibsa Group - Alberto Bona 10 j 05 h 48mn 01 s

4. Project Rescue Ocean - Axel Trehin - 10j 18 h 55 min 01 s

5. TQuila - Alister Richardson 11j 00h 45 mn 22 sec

6. Everial - Erwan Le Draoulec 11j 01 h 36 mn 38 sec

7. Curium Life Forward - Marc Lepesqueux 11j 01h 45 mn 24 sec

8. Chocolat Paries - Screb - Jean-Baptiste Daramy 11j 13h 09mn 25 sec

9. Vicitan - Olivier Delrieu 11j 14h 04mn 27 sec

10. Dopamine Sailing Team - Raphaël Auffret à 56,8 nm d’Horta

11. Prendre la mer, Agir pour la forêt Mathieu Claveau à 71 nm+14,2 nm

12. Yoda - Franz Bouvet à 137,7 nm +80,9 nm

13. Nestenn - Entrepreneurs Pour La Planète - Jules Bonnier DNF



Comentarios


  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
bottom of page