top of page

ENCORE QUATRE CLASS40 EN MER, LE REGARD DU DIRECTEUR DE COURSE DENIS HUGUES SUR CETTE PREMIÈRE ÉTAPE

Arrivées en rafales depuis cette nuit à Horta. Avec les amarrages attendus ce soir de Dopamine Sailing Team de Raphael Auffret et Prendre la Mer, Agir pour la Forêt de Mathieu Claveau, il ne restera plus en mer que Franz Bouvet et son Yoda, ainsi que Jules Bonnier, malheureusement hors course depuis l’abandon de son Nestenn - Entrepreneurs pour la planète. Ces deux derniers bateaux devraient rallier Faial demain, et ainsi être en mesure de participer à la seconde étape vers la Rochelle, dont le départ sera donné dimanche prochain. L’esprit de convivialité propre à la Class40 souffle sur l’archipel, et chaque arrivée, quelle que soit l’heure, est dignement fêtée par les concurrents déjà classés. Les lauréats, Ian Lipinski (Crédit Mutuel), Ambrogio Beccaria (Alla Grande Pirelli) et Alberto Bona (IBSA), seront récompensés plus protocolairement demain vendredi. Tous les esprits pourront ensuite se tourner vers le nouveau départ en direction de La Rochelle et la France, prévu pour dimanche à 13 heures locales.


La machine à fabriquer des souvenirs

L’expression est de Jean-Baptiste Daramy (Chocolat Pariès- SCREB), arrivé tout sourire ce matin à l’aube, ravi de sa course et de terminer en tête des Class40 à étrave droite, appelés « pointus » par opposition aux « gros nez », les intouchables scows qui, tout au long des 2 300 milles depuis la Guadeloupe, ont fait parler la puissance de leurs carènes, signant pour les meilleurs, des journées à plus de 410 milles parcourus en 24 heures. Riche parcours scandé par de nombreuses transitions, allures variées dans toutes les conditions de vent, mer souvent désordonnée et les belles lumières de l’océan participent à graver dans les mémoires des participants à cette deuxième édition du Défi Atlantique d’indélébiles souvenirs. La domination des scows n’a sans surprise fait l’objet d’aucune contestation et les écarts, plus d’un jour et demi entre le vainqueur Crédit Mutuel, et le premier « pointu » Chocolat Pariès - SCREB, traduit le bond technologique réalisé par la classe en seulement quelques années. On note aussi la capacité des scows à rallonger la route, en quête des angles au vent propices aux hautes vitesses dans la durée. Crédit Mutuel a ainsi parcouru sur le fond 2 776 milles, soit près de 500 milles de plus que la distance orthodromique. Sa vitesse moyenne sur cette distance est de 11,35 noeuds . Par comparaison, Chocolat Pariès - SCREB, le plan Botin de 2013 qui raflait toutes les courses lors de son lancement, n’a parcouru depuis Pointe à Pitre que 2 608 milles, à 9,45 noeuds de moyenne.


Yoda et Nestenn-Entrepreneurs pour la planète vendredi en journée

Le plus ancien Class40 de la course, Yoda à Franz Bouvet, Akilaria lancé en 2008, est attendu ce soir ou demain matin, entre 22 heures et 2 heures du matin. Il prendra la 12ème place du classement général provisoire, et devancera le 13ème inscrit de l’épreuve l’infortuné Jules Bonnier dont le Nestenn-Entrepreneurs pour la planète avait dû se résoudre à l’abandon peu après le départ de Pointe à Pitre, sur rupture d’un barreau de barre de flèche. Jules et ses équipiers, Robin Follin et Thibaud Lecarpentier ont depuis réparé et repris la mer. Ils sont attendus à Horta demain vendredi en soirée.



Le regard de Denis Hugues, Directeur de Course

Denis Hugues, Directeur de course du Défi Atlantique : Une première étape pleine et intense

« Tout s’est bien passé lors de cette première étape, au moins pour les 9 bateaux déjà arrivés. Il en reste 4 en mer. Les scénari de course ont été compliqués à souhait. Le point positif est que les concurrents n’ont pas eu à subir les sargasses. L’autre point est le peu de casse. Tactiquement, les choix de route étaient très intéressants. Les routages donnaient un choix de route très Nord. Le vainqueur Crédit Mutuel n’est pas allé très Nord et l’a emporté. Je crois que les coureurs ont pris beaucoup de plaisir tout au long du parcours. Je souligne le niveau très élevé des concurrents, particulièrement chez les bateaux de tête et notamment chez les Italiens Alla Grande Pirelli et IBSA. »



Un parcours attractif

« Lutte contre l’alizé au départ, négociation des dépressions au nord, zone de transition au milieu. Il y avait du jeu et de quoi se casser la tête pour trouver la bonne route. Il y a donc eu de très belles bagarres sur l’eau, et à tous les niveaux de la course. Cela a joué entre les italiens, entre Everial, Curium et les anglais de Tquila. Il y avait de l’action à tous les étages. »


Un gap générationnel entre bateaux

« On voit la différence énorme entre la nouvelle génération des Class40 typés scows, avec leurs gros nez ronds, et les étraves classiques, dits pointus. A certaines allures, au reaching, ils ne peuvent plus rivaliser. Ils me semblent condamnés à terme. Cela peut poser un problème à l’avenir pour la Class40. C’est le même problème que l’on constate en Imoca, en Mini ou ailleurs. Les nouveaux bateaux, fruits de nouvelles technologies et architectures, écrasent vite les dessins plus anciens. Attention à l’escalade financière. La Class40 était une classe d’amateur. Cela risque de changer avec l’escalade des prix. Tactiquement, les scows sont devant. Ils sont bien pensés et bien construits. Ambrogio (Alla Grande Pirelli) arrive avec un bateau neuf et il n’a pas eu le moindre problème. »


Les étrangers en force

« La Class40 est très internationale. Il y a 3 étrangers dans les 5 premiers. On a des garçons comme Alister Richardson et Brian Thompson (Tquila) qui sont là avec des CV longs comme le Bottin mondain, et ils ne gagnent pas ! Les italiens sont en force, et disputent la superbe des équipages Français. On peu regretter le manque de femmes. Faut-il les imposer? »


Une ambiance très… Mini

« On retrouve en Class40 cette fraternité, cette convivialité propre à la Classe Mini. Toute la nuit, les équipages déjà arrivés, y compris les premiers, ont attendu les nouveaux arrivants, refaisant sur les pontons les grands et petits moments de la course. Il est vrai que bon nombre de concurrents ont fait la Mini. Ils amènent cet esprit d’amitié. Il y a encore des propriétaires qui naviguent avec de très bons marins. Ils prennent énormément de plaisirs. »


Une seconde étape très ouverte

« On bascule sur un schéma plus classique lors de la seconde étape vers La Rochelle, avec le tour d’un anticyclone. Il faudra monter très nord. On a rajouté les DST des Scilly en zone interdite. Mais il peut encore y avoir possibilité de route directe si l’anticyclone redescend. Ce sera alors une configuration de dépression, avec la mauvaise mer qui va avec. Les trois premiers se tiennent en 5 heures et demi. Ils vont jouer la victoire. Crédit Mutuel ne dispose que d’un petit matelas face aux deux Italiens IBSA et Alla Grande Pirelli. Je verrai bien les Anglais jouer les trouble-fêtes. Il y aura du match. »


Mots du large :


Mathieu Claveau – Prendre la mer, Agir pour la forêt (89)

« Salut Horta, salut tout le monde... On continue à dérouler au 120-130° du vent, ça glisse, c'est confortable. Plutôt pas mal pour terminer cette première étape. Nous espérons bien arriver ce jeudi avant 20h histoire de profiter de la soirée dans les rues d'Horta.

Il nous reste 130 milles à faire et la bataille est rude avec Dopamine et en plus Yoda revient pleine balle par le nord. Les écarts ne seront pas énormes ! »


Jeudi 13 avril 2023 - Classement à 12h00 (heures françaises)

Lien classement & cartographie : www.defi-atlantique.com – Mise à jour toutes les deux heures.

1. Crédit Mutuel - Ian Lipinski – 10 j 0 h 11 mn 36 s

2- Allagrande Pirelli - Ambrogio Beccaria -10 j 02 h 7 mn 47 s

3. Ibsa Group - Alberto Bona 10 j 05 h 48mn 01 s

4. Project Rescue Ocean - Axel Trehin - 10j 18 h 55 min 01 s

5. TQuila - Alister Richardson 11j 00h 45 mn 22 sec

6. Everial - Erwan Le Draoulec 11j 01 h 36 mn 38 sec

7. Curium Life Forward - Marc Lepesqueux 11j 01h 45 mn 24 sec

8. Chocolat Paries - Screb - Jean-Baptiste Daramy 11j 13h 09mn 25 sec

9. Vicitan - Olivier Delrieu 11j 14h 04mn 27 sec

10. Dopamine Sailing Team - Raphaël Auffret à 56,8 nm d’Horta

11. Prendre la mer, Agir pour la forêt Mathieu Claveau à 71 nm+14,2 nm

12. Yoda - Franz Bouvet à 137,7 nm +80,9 nm

13. Nestenn - Entrepreneurs Pour La Planète - Jules Bonnier DNF




Comments


  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
bottom of page