top of page

J-1 ARRIVÉE DÉFI ATLANTIQUE GUADELOUPE / HORTA / LA ROCHELLE 2023 : AVANTAGE CRÉDIT MUTUEL !

ETA arrivée La Rochelle en Charente-Maritime : demain samedi à partir de 11h00.


Ian Lipinski, ses équipiers de haut vol Antoine Carpentier et Rémi Fermin à bord de Crédit Mutuel, auront parfaitement joué leurs cartes dans l'interlude stratégico-tactique de cette seconde étape Horta / La Rochelle du Défi Atlantique 2023. Fort d'une avance ténue au classement général provisoire sur les deux redoutables Italiens, Ambrogio Beccaria (Alla Grande Pirelli) et Alberto Bona (IBSA), les hommes du Class40 rouge et blanc se sont imposés un délicat exercice de marquage à la salopette sur les deux véloces Class40 Azzuri… Quitte à connaitre la nuit dernière une stressante session de rase-cailloux dans la pétole des côtes de Galice. Et au risque de voir un quatrième larron, Axel Tréhin en l'occurrence, tenter crânement sa chance au large. Un joli coup joué à fond par Project Rescue Ocean, en tête toute une partie de la journée. L'intégralité de la flotte des 13 Class40 a opéré, à la faveur de la pénible traversée d'une zone déventée tanquée au beau milieu du Golfe de Gascogne, un resserrement significatif, qui va gratifier demain à partir de la fin de matinée, le public Rochelais d'arrivées scandées et régulières des voiliers. Crédit Mutuel, sauf énorme imprévu cette nuit, et malgré l'impressionnante vélocité de Alla Grande Pirelli et d’Ibsa, devrait conserver les minutes suffisantes au temps cumulé des deux étapes... Maintenant, rien n’est joué et seule la ligne d’arrivée permettra de savoir qui sera le vainqueur de cette 2e édition du Défi Atlantique 2023. Les accessits s'annoncent particulièrement disputés et nombre d'arrivées seront à n'en pas douter, jugées à l’issue de somptueux bords à bords.



Project Rescue Ocean tente sa chance

Axel Tréhin a parfaitement joué sa carte dès hier soir. Décalé sur une route nord, il a laissé les trois leaders historiques du Défi Atlantique, Ian Lipinski, Alberto Bona et Ambrogio Beccaria tenter l'aventure espagnole. Louvoyage au ras des cailloux, arrêts prolongés dans la pétole, les trois protagonistes de tête ont connu, ainsi que le livre sans faux-fuyant Antoine Carpentier, « une nuit en enfer, enfin drôle d'enfer ! ». Très inspiré, Marc Lepesqueux (Curium Life Forward) parvenait, sur une option similaire, à réduire l'écart en s'échappant plus tôt de la molle. Project Rescue Ocean, un moment lui aussi aux prises avec les affres de la dorsale, a redécollé un peu avant tout le monde, et a pu croire un moment être en passe de réaliser le joli coup de l'épreuve. Le vent est alors revenu du Sud-Est, relançant les partisans du Sud, prompts à refaire leur retard de la nuit.


Une dernière nuit pas exempte de pièges…

La dernière nuit en course depuis le départ d'Horta dimanche dernier s'avance. Elle devrait être marquée par un rapide passage de front, qui laissera momentanément une zone de calme devant les étraves des Class40, avant de favoriser l'établissement de flux d'Ouest soutenus, parfaits pour un final aux allures portatives. Le groupe Nord emmené par Axel Tréhin se verra imposer quelques changements d'amure pénalisants, qui favoriseront les "Sudistes" en route plus directe et rapide. Alla Grande Pirelli et Ibsa auront une nouvelle fois l’occasion de montrer ses grandes aptitudes au portant. Insuffisant cependant pour combler les 1 heure et 56 minutes concédées à Horta face à Ian Lipinski. Même analyse en ce qui concerne Alberto Bona, qui accuse lui un débours de 5 heures et 36 minutes sur Crédit Mutuel.



Des arrivées groupées pour toute la flotte

Les 8 scows (en incluant Nestenn - Entrepreneurs pour la planète) se tiennent en une vingtaine de milles, et devraient demain dans la journée en terminer avec de très faibles écarts, à la faveur de belles trajectoires et de belles vitesses tenues dans des conditions de vent majoritairement médium depuis les Açores. Même analyse en ce qui concerne les « pointus », ces voiliers à étraves droites qui se sont eux aussi montrés réguliers à toutes les allures, se livrant des matchs dans le match, entre voiliers d'architecture et de génération similaire, à l'image de la lutte pour la cuiller de bois entre Yoda de Franz Bouvet, Dopamine sailing Team de Florian Gueguen et Prendre la mer, Agir pour la forêt de Mathieu Claveau, bien accroché à sa 11ème place.


Les premiers voiliers devraient ainsi franchir la ligne d'arrivée mouillée à environ 1,5 milles à la sortie du chenal du port de La Rochelle, en fin de matinée demain samedi. Les passages de ligne s'échelonneront toute la journée, et le bassin des Chalutiers devrait, en soirée, se montrer en capacité de fêter tous les protagonistes de cette belle édition 2023 du Défi Atlantique.



Ils ont dit :


Brian Thompson - Tquila

« Tout va bien à bord... La nuit dernière, Alister a dû plonger dans l'eau pour enlever une bûche de bois d'un mètre de long qui était coincée autour de la quille, elle ne voulait pas se détacher en naviguant à reculons... Trois hirondelles se sont posées sur le bateau hier soir, et l'une d'entre elles a passé la nuit assise sur l'un des boulons de la quille. Ce matin, elle est partie sans même un remerciement et a poursuivi sa migration vers le nord après une nuit au Tquila Motel... »


Antoine Carpentier - Crédit Mutuel

"Une nuit en enfer, enfin drôle d'enfer ! Vent moyen 3 noeuds, direction entre 60 et 110! on essaye d'avancer dans la bonne direction tout en marquant nos copains. Exercice pas évident quand les vitesses des bateaux vont du simple au double. On est plutôt content de notre position, on joue en tête de flotte avec nos deux concurrents les plus proches au classement cumulé. je ne vous cache pas que nous préfèrerions avoir 6 noeuds de vent , mais bon ce que la voile nous apprend, c'est de faire avec ce que Eole

veut bien nous offrir, parfois il est clément avec nous comme il y a deux nuit avec une bonne brise qui nous pousse à vive allure vers l arrivée parfois il est avare et ne nous offre que très peu de vent , comme cette nuit . Du coup on s'occupe en écoutant de la musique tout en réglant les voiles , on trouve le temps de se reposer à l avant du bateau , ainsi on participe à la marche du bateau en faisant du poids au bon endroit pour que l assiette du bateau soit optimisée. On vérifie la quille grâce à une caméra au cas où on est des algues qui nous freine quand c'est le cas on passe la corde à noeuds pour les chasser. La nuit est parfois étoilée parfois noir de nuages. On a eu la visite de dauphins, croisé quelques pêcheurs et cargos. On sent que nous nous rapprochons de la civilisation. On aura fait toute la course avec nos deux italiens en visuel, du coup parfois on en oublie de prendre le pointage de la course. Ceci dit on constate que les nordistes continuent d'avancer. Pourvu que le vent rentre à nouveau afin que l'hémorragie ne cesse. Coté ambiance à bord, toujours positif, toujours bonne ambiance, que ça fait du bien d'être à bord, de profiter du temps suspendu et de l'hétérotropie absolue qu'est le voilier sur une transatlantique."


Marc Lepesqueux - Curium Life Forward

"Nous pensions avoir fait le plus dur lorsqu'à Estaca de Barres le vent à basculé de NNE à ESE en peu de temps, nous permettant de naviguer sur un bord tribord très rapprochant de La Rochelle. Les gars du nord étaient dans peu de vent, les trois leaders avaient un peu buté dans le système, bref tout allait pour le mieux. Cette nuit, le vent de 7 a 8 nœuds à d'abord refusé nous obligeant à naviguer avec de l'ouest dans le nord et même à virer bâbord amure ! Le vent s'est écroulé que pour le paquet du sud. C'est reparti ce matin et le vent est bien remonté. Sommes au près tribord amure. La petite mer courte fait que nous tapons pas mal. L'arrivée va être serrée et il est encore possible d'attraper la cinquième place au général. Pour cela il nous faudra distancer d'une dizaine de minutes Everial et d'un peu plus d'une heure Tquila. Dernier sprint."


Mathieu Claveau - Prendre la mer, Agir pour la forêt

« La Journée fut belle, le froid se fait plus sentir et nous sommes maintenant 4 passagers à bord. Un oiseau blanc à tête noire épuisé est venu nous rendre visite et a profité de notre accueil pour se reposer toute la nuit sur la balise de tracking ! Un dernier apéro tranquille avant que le bateau ne penche plus sévèrement. Christophe a fini tous les oeufs en chocolat. Mathieu le saucisson et Agnès le Nutella... bref, vivement qu'on arrive ! Trêve de plaisanterie, nous essayons de contenir maître Yoda et Dopamine qui remontent vite! »


Alberto Bona - IBSA

« La nuit dernière au large de l'Espagne et du cap Ortegal a été délicate avec très peu de vent. On a retrouvé un peu de pression ce matin, un vent de SE qui nous a permis de repartir au près. Mais on n'ira pas jusqu'à La Rochelle au près. Derrière nous, il y a une dépression qui arrive sur le golfe de Gascogne. Devant cette dépression, des vents de SW. Nous devons bien nous positionner pour cette transition. La route vers La Rochelle est encore compliquée. »


Franz Bouvet Yoda

« Hier, code zéro déchiré. Depuis hier soir, on a sorti le solent. On voit le 104 depuis hier. Ce matin on croise la route des cargos et on remonte au près."


Jean-Baptiste Daramy - Chocolat Pariès - SCREB

"Du près face aux vagues pour le petit dej... On a vu mieux. Mais vu que c'est la première fois de la 2eme étape que l'on fait du près, on ne va pas avoir le droit de se plaindre... Nuit compliquée avec le passage du rail des cargos... Il y avait du monde dans le bourg... On a aussi pas mal manoeuvré, avec le passage du gennaker de capelage au gennaker de tête puis passage sous J1. Le vent est plus favorable que sur les fichiers pour le moment, on ne va pas se plaindre..."


VendreDi 21 avril 2023 - Classement à 16h00 (heures françaises)

Lien classement & cartographie : www.defi-atlantique.com – Mise à jour toutes les deux heures.


1. Allagrande – Pirelli – Ambrogio Beccaria à 185 nm de La Rochelle

2. IBSA – Alberto Bona à 187,1 nm + 2,1 nm

3. Crédit Mutuel – Ian Lipinski à 187,1 milles + 2,1 nm

4. Project Rescue Ocean – Axel Tréhin à 191 milles +6 nm

5. Curium Life forward – Marc Lepesqueux à 196,5 nm +11,6 nm

6. Everial - Erwan Le Draoulec à 202,4 milles + 17,4 nm

7. Tquila – Alister Richardson à 208,3 nm +24,7 nm

8. Nestenn – Entrepreneurs pour la planète – Jules Bonnier à 209,7 nm +58,5 nm

9. Chocolat Pariès – SCREB – Jean-Baptiste Daramy à 237,9 nm +52,9 nm

10.Vicitan – Didier Le Vourch à 245,3 nm +60,4 nm

11.Prendre la mer, Agir pour la forêt – Mathieu Claveau à 257,4 nm +72,4 nm

12. Dopamine sailing Team – Florian Guguen à 276,7 nm +91,7 nm

13.Yoda – Franz Bouvet à 282,5 nm + 97,5 nm



Comentarios


  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
bottom of page