Rechercher
  • Défi Atlantique GPO 2019

"On a eu le plaisir, avec le portant au début, et la galère à la fin"

Emmanuel Le Roch et Cyril Penvern sont arrivés cet après-midi à Horta, au terme de plus de 2 500 milles de traversée (sur le fonds) depuis la Guadeloupe. 3ème équipage à naviguer en double, contre trois à quatre hommes ou femmes d’équipage pour leurs adversaires, ils s’octroient la 8ème place de l’étape. Les observateurs soulignent la fraicheur et la constante jovialité de cet équipage pourtant lui aussi confronté à un Atlantique bien capricieux en cette fin d’hiver. La bonne humeur, l’esprit de découverte et de partage ont présidé à leur aventure océanique, pleine pour eux de surprises et d’enseignements, à appliquer dès la seconde manche, dont le départ sera donné lundi à Horta.



Emmanuel Le Roch :

« Les derniers jours ont été un peu longs. On tablait sur 10 à 11 jours de traversée, mais on s’est pris la « molle », et c’est parti par devant tandis que la route s’est allongée pour nous. La fin était un peu longue. On a eu le plaisir, avec le portant au début, et la galère à la fin. Chaque jour on allait vers le plus dur. On a choisi de s’entrainer pour la Transat Jacques Vabre en partant en double. On a eu peu de manoeuvres en général, et on ne s’est pas mis dans le rouge. On n’est pas fatigué. Le bateau est d’ancienne génération, avec des déficits par rapport aux nouveaux bateaux aux allures portantes. On s’est bagarré avec Colombre XL et c’était sympa d’avoir un match dans la course. L’arrivée sur Horta est géniale, et l’île est très jolie et très accueillante. »



Cyril Penvern :

« Je savais en partant avec Manu que la bonne ambiance serait au rendez-vous. On a géré dans la bonne humeur toutes les petites difficultés. C’était ma première transat. Emanuel m’a dit que je serai vite dans le bain. Une vraie expérience de vie. Plein de souvenirs, à commencer avec la belle entente avec Emmanuel. On a été escorté pendant 48 heures par des dauphins, éclairés la nuit par le planton. J’ai beaucoup appris sur la météo, les systèmes, la gestion du sommeil. Avec 3 heures par nuit, on est en forme. On apprend beaucoup sur soi sur une transat. »

0 vue
  • Facebook Défi Atlantique
  • Twitter GPO Nautic Events