Rechercher
  • Défi Atlantique GPO 2019

Rien ne va plus !


L’heure des choix a sonné pour les protagonistes de tête du Défi Atlantique Guadeloupe > Horta > La Rochelle. La zone de transition entre le régime d’alizé et la dépression nord Açorienne a été gérée sans trop d’encombre la nuit dernière, et avec un certain soulagement pour les marins heureux de retrouver, même pour quelques heures seulement, un bateau bien à plat. Les spis ont été remisés au profit de voiles plus plates typées pour les allures de près, et les marins entament avec envie cette dernière ligne en escalier vers Horta.



Le vent de Nord-Est annonciateur de la dépression en développement sur la route des Class40 impose, après une intense semaine de navigation, une nouvelle stratégie de course. Après plus de 1 800 milles sur un seul bord tribord, les marins redécouvrent, ainsi que le laissait ironiquement sous entendre Emmanuel Le Roch (Edenred) ce matin, s’ils savent encore virer de bord. Aymeric Chappellier a été le premier en milieu de nuit dernière à changer d’amure pour entamer une remontée éminemment stratégique dans le Sud-Ouest de la dépression. A moins de 500 milles de l’arrivée, le Rochelais est sûr de son fait, en contrôle, et en mesure de laisser à ses poursuivants le choix de tenter le diable. Un long bord de près commence pour son Aïna Enfance et Avenir, à des vitesses désormais très similaires à celles du reste de la flotte. La course de vitesse entamée sous spi ou grand gennaker depuis Pointe-à-Pitre laisse place à une course de placement, où la pertinence des changements de bord décidera de l’augmentation, de la stagnation ou de l’augmentation des écarts. Le nivellement des vitesses ouvre le jeu de la stratégie.



Catherine Pourre, en chasseur avisée, vient elle aussi de virer de bord, ayant ramené son Earendil à 56 milles du tableau arrière d’Aïna Enfance et avenir. Plus que jamais, elle va entretenir la pression sur le leader. Plus de 50 milles en son sud, Kito De Pavant et Alex Pella (Made in Midi) refusent une course de « petits chevaux », et poussent leur chance et leur bord plein Est afin eux aussi d’entretenir le doute en créant un décalage. Le dernier acte de cette première étape du Défi Atlantique vers Horta va ainsi se dérouler dans les conditions les plus redoutées des marins les plus aguerris, au près, face à un vent puissant, entre 25 et 30 nœuds, sur une mer formée des plus inconfortables. Trois jours humides, chaotiques et glacés s’avancent, dans une course encore loin d’avoir choisi ses lauréats.


Classement à 16h00 heures françaises :

1. Aymeric Chappellier (Aïna Enfance et Avenir – 151) > 428,1 milles d'Horta

2. Catherine Pourre (Earendil – 145) > +57 milles

3. Kito De Pavant (Made in Midi – 142) > +92,4 milles

4. Miranda Merron (Campagne de France – 147) > +121,3 milles

5. Arthur Hubert (Athena Groupe Immobilier – Mer Entreprendre - 152) > +134,5 milles

6. Andréa Fantini (Enel Green Power - 55) > +151,9 milles

7. Charles-Louis Mourruau (Colombre XL – 101) > +213,5 milles

8. Emmanuel Le Roch (Edenred – 100) > +226,1 milles

9. Franz Bouvet (Yoda – 65) > +350,7 milles

10. Marc Dubos (Esprit Scout – 81) > +388,8 milles

11. Loïc Fequet (Tibco – 123) > Route Bermudes

Abandon. Luke Berry (Lamotte - Module Création – 153) > Guadeloupe


Retrouvez tous les mails et les infos du large sur la page Facebook de la course : https://www.facebook.com/DefiAtlantiqueGPO/


Classements et cartographie : http://defi-atlantique.geovoile.com/2019/tracker/


Denis Van Den Brink / GPO

608 vues
  • Facebook Défi Atlantique
  • Twitter GPO Nautic Events