Rechercher
  • Denis Van Den Brink

Une course de vitesse, sans options radicales!



Les 12 équipages du Défi Atlantique partiront demain samedi, 10 heures locales et 15 heures de Paris, pour un premier morceau de bravoure jusqu’à Horta dans cette transatlantique à deux temps à destination de La Rochelle. C’est à un véritable sprint d’un peu plus de 8 jours très intenses que se préparent les 39 marins engagés, chaque skipper ayant le libre choix d’embarquer jusqu’à trois équipiers. Du portant, un peu. Du reaching, beaucoup. Du près, toujours trop… le Défi Atlantique confronte les marins aux configurations somme toute classiques de l’Atlantique Nord, avec cet anticyclone des Açores en perpétuelle pérégrination tantôt sud, tantôt nord, et les rapides formations de dépressions venues poser leurs obstacles de dorsales déventées et de fronts virulents sur la route des navigateurs.



La bonne nouvelle, à quelques heures du départ, est le relatif écrasement de l’anticyclone, qui devrait permettre aux Class40 de partir quasiment en route directe, tribord amure, dans un bel alizé d’Est Sud Est. Suivra en début de semaine prochaine, un long bord de reaching, travers au vent, idéal pour gagner rapidement dans l’Est vers Horta. L’obstacle majeur se dressera alors devant les étraves des équipages, avec l’inévitable zone de transition vers des systèmes plus déprimés en abord des Açores, et l’enchainement classique passage de front, dorsale…. Gare à ne pas se laisser endormir du mauvais côté du front.

103 vues
  • Facebook Défi Atlantique
  • Twitter GPO Nautic Events